Actualités

Les Actualités du Rotary Club Bordeaux

Actualités du Rotary Club Bordeaux

By Rotary Club Bordeaux 19 Nov, 2017
08 novembre 2017 - Une excellente conférence statutaire de notre ami André RIDE qui a su nous rendre compréhensible la Cour de Cassation.
Notre ami a eu l'amabilité de retranscrire sa conférence pour pouvoir la relire.

---

Qu’est-ce que la Cour de cassation ?

Si l’on pose cette question à nos concitoyens, le constat sera, au vu des réponses, que c’est une institution très largement méconnue, sinon inconnue.

Pour quelques uns, le nom évoquera peut être des journaux télévisés de début d’année retransmettant les images de l’audience solennelle de rentrée de la Cour, en présence du Président de la République et des plus hautes autorités de l’Etat, où les magistrats, en toge pourpre, revêtus du manteau d’hermine, prennent place dans la Grand’Chambre, sous les ors de la République, après que la Garde républicaine leur a présenté les armes, portant, en ce début du XXIème siècle, le même costume que celui que portaient leurs lointains prédécesseurs du XVIIIème siècle, réplique lui-même du manteau royal.

Pour d’autres, ce sera plutôt cette entrevue, organisée séance tenante, il y a tout juste un an, entre le Président de la République et les deux chefs de la cour, le Premier Président et le Procureur Général, après la parution du livre : “Un président ne devrait pas dire ça” et le tollé provoqué par les propos tenus par le Président sur les magistrats.

Pour certains ce sera le souvenir du prononcé d’arrêts retentissants : l’annulation du procès Erignac, ou bien l’arrêt sur la gestation pour autrui.

Pour beaucoup, ce seront les déclarations courroucées de plaideurs mécontents du jugement rendu qui déclarent qu’ils vont aller en cassation.

 

Mais à part ça, peu de chose en fait sur le rôle de cette juridiction.

 

Pourtant, la Cour de cassation existe depuis le 27 novembre1790 -elle s’est alors appelée Tribunal de cassation- et sous sa dénomination actuelle depuis le senatus-consulte du 28 floréal an XII : voila qui fleure bon la Révolution et l’Empire, même si la Cour est l’héritière du Conseil du Roi, que réunissait déjà Saint Louis. Sa fonction, multiséculaire, est donc consubstantielle à l’existence même de l’Etat.

Autre difficulté qui ne facilite pas la compréhension de son rôle, sa dénomination. Cour de cassation, ça ne veut pas dire grand chose pour un non juriste. Cour des comptes, autre grande institution de l’Etat, on comprend tout de suite ce que ça signifie. Mais Cour de cassation...Et pourtant, l’expression figure dans l’ordonnance de Blois de 1579, au temps du roi Henri III !

Une appellation plus exacte serait Cour suprême judiciaire. Cour suprême, chacun voit ce que cela peut être : une juridiction au-dessus de toutes les autres. Mais alors pourquoi ajouter judiciaire ? C’est qu’il en existe une autre, une cour suprême administrative : le Conseil d’Etat.

 

C’est là un héritage de l’Histoire. Retournons sous la Révolution. Par la loi des 16 et 24 août 1790, l’Assemblée constituante fait interdiction au juge de : “ troubler de quelque manière que ce soit, les opérations des corps administratifs ni citer devant eux les administrateurs pour raison de leurs fonctions ”. C’est bien sûr une réaction contre les Parlements de l’Ancien Régime, qui n’avaient eu de cesse de contester les décisions de l’administration royale.

Le système alors mis en place faisait qu’un administré en conflit avec l’administration ne pouvait s’adresser pour se plaindre qu’au ministre qui dirigeait cette administration : c’était le système du ministre-juge.

Mais n’en déplaise au législateur révolutionnaire, comme à ses successeurs, l’Administration, dans état de droit, ne peut se passer de juge : ses actes doivent pouvoir être contestés devant un juge.

Aussi, peu à peu un autre juge verra le jour : le juge administratif. Sous l’autorité du Conseil d’Etat, corps constitué de très hauts fonctionnaires, émergera au cours du XIXème siècle une justice administrative, dont l’indépendance ne sera toutefois consacrée qu’en 1889. Le Conseil d’Etat s’appuiera sur les conseils de préfecture jusqu’en 1954 où seront créés les tribunaux administratifs, puis sur les cours administratives d’appel créées en 1987. Mais les membres des juridictions administratives n’appartiennent pas à l’Autorité judiciaire, telle que la prévoit la Constitution, dont Montesquieu faisait le 3ième pouvoir à côté de l’Exécutif et du Législatif.

Cette séparation entre le juge judiciaire et le juge administratif est incompréhensible pour les pays voisins où il n’existe qu’une seule juridiction suprême. Elle est inutilement complexe, créatrice de contentieux entre les deux ordres de juridiction, ce qui a obligé à créer un Tribunal des conflits pour régler leurs différents, elle est régulièrement contestée, mais le fait est que pour l’instant, elle existe toujours.

 

Quelles en sont les conséquences ? Le juge judiciaire juge les conflits entre particuliers et les affaires pénales. Le juge administratif juge des conflits entre les particuliers et l’Etat ou les collectivités locales : municipalités, départements, régions...

Qu’est-ce à dire ? Le juge judiciaire va juger tous les conflits relatifs à l’état de personnes : filiation, mariage, divorce, succession, toutes les questions relatives à la responsabilité et aux contrats, à la propriété, au droit de la consommation, au droit du travail, aux licenciements collectifs ou individuels, aux relations économiques, financières et commerciales, à la concurrence, aux étrangers, à la nationalité...ainsi que toutes les infractions : crimes, délits et contraventions. Ce sont chaque année des centaines de milliers d’affaires.

Le juge administratif va juger de la légalité d’un décret, d’un arrêté préfectoral ou municipal ou plus généralement de tout acte administratif. C’est un nombre d’affaires infiniment moindre.

Pour vous donner un ordre d’idées, il y a quelques mille juridictions judiciaires réparties sur toute la France pour une trentaine de juridictions administratives.

 

                       *

                    *     *

 

Le domaine de compétence de la Cour de cassation, cour suprême de l’ordre judiciaire, est donc la résultante de cette dualité d’ordres juridictionnels.

La Cour siège à Paris sur l’île de la Cité dans l’ancien palais des rois de France, là-même où Saint Louis réunissait le Conseil du Roi. Elle ne quittera quasiment jamais les lieux, sauf après l’incendie du palais de justice lors de la Commune. Elle siégera alors, le temps de la construction du bâtiment actuel, au Palais-Royal, où siège aujourd’hui le Conseil d’Etat.


Comment est-elle composée ?

Elle est composée exclusivement de magistrats, et de quelques professeurs de droit ou d’éminents juristes en détachement : on les compte sur les doigts d’une main.

Ces magistrats sont nommés par le Président de la République, sur proposition ou avec l’accord du Conseil Supérieur de la Magistrature, ce qui leur donne une totale indépendance vis à vis de l’Exécutif comme du Parlement qui n’intervient en rien dans le processus de nomination : il n’y a pas par exemple une audition des candidats devant les commissions des lois de l’Assemblée Nationale ou du Sénat, comme c’est le cas, par exemple, pour les membres du Conseil constitutionnel.

La Cour de cassation compte quelques 120 conseillers et 40 avocats généraux. Conseillers et avocats généraux ont généralement derrière eux 30 ans au moins de carrière : c’est dire s’ils connaissent la matière. Ils sont assistés de conseillers référendaires au nombre de 70 et d’avocats généraux référendaires au nombre de 7, qui ont eux une vingtaine d’années d’ancienneté.

Ils sont répartis dans six chambres : trois chambres civiles, une chambre économique, financière et commerciale, une chambre sociale et une chambre criminelle, chacune hautement spécialisée dans son contentieux spécifique.

Les conseillers jugent les affaires : pour les affaires ordinaires, ils se réunissent en général à 8 ou 9 . Pour les affaires les plus importantes, c’est une formation particulière, l’assemblée plénière, qui comprend des conseillers de toutes les chambres, qui juge : ils sont alors 19.

Les avocats généraux sont chargés d’éclairer la Cour sur ce que dit la loi : à la différence de ce qui se passe devant les autres juridictions, ils parlent en dernier, après les avocats. Leur avis est suivi dans 95% des cas.

A la différence de ce qui se passe dans les parquets ou les parquets généraux, ils ne peuvent recevoir aucune instruction du procureur général, ni évidemment, comme tous les magistrats du Parquet, de qui que ce soit d’autre.

La Cour a jugé en 2016 29.605 affaires dont 21.777 au civil et 7.828 au pénal.

Les délais de jugement sont de plus en plus courts : en moyenne 14 mois au civil et 6 mois au pénal, sachant qu’il y a au civil des délais incompressibles de 8 mois pour permettre notamment aux avocats d’échanger leurs conclusions. En fait la décision au civil est aussi rendue en 6 mois, ce qui, compte tenu de la complexité des affaires venant devant la Cour de cassation, est très rapide.

 

                       *

                    *     *

 

Quel est son rôle ?

Prieur de la Marne, l’un des plus célèbres légistes de la Constituante, avait déclaré, le 7 novembre 1790, qu’elle devait être : “ une sentinelle établie pour le maintien de la Loi.”

Son rôle est donc de dire le droit pour assurer l’unité de la jurisprudence, et de s’assurer que les juridictions inférieures ont bien appliqué les règles de droit.

Sa position hiérarchique le lui permet. Située au sommet de la pyramide des tribunaux, elle a autorité sur toutes les juridictions du premier comme du second degré : tribunaux de grande instance, tribunaux d’instance, tribunaux de commerce, conseils de prud’hommes, cours d’appel, pour ne citer que les principales.

Les décisions prises par la Cour ont ainsi vocation à être appliquées par toutes les juridictions inférieures : la Cour de cassation a donc un rôle unificateur de la jurisprudence.

Les juridictions inférieures peuvent en effet avoir des interprétations différentes des textes de loi, au demeurant souvent obscurs. Or il ne serait pas admissible qu’un même texte fût appliqué différemment d’un tribunal à l’autre. La Cour est là pour empêcher cette dérive : c’est elle qui décide comment une disposition obscure doit être comprise.

Elle le fait soit en jugeant une affaire, soit en rendant des avis.

Les juridictions, avant de se prononcer peuvent en effet l’interroger sur un point de droit peu clair et elles pourront ensuite juger au vu de cet avis. L’avantage de cette procédure est considérable en temps gagné. Pour qu’une affaire soit jugée par la Cour de cassation, il faut au préalable qu’elle ait été jugée en première instance, puis en appel, ce qui peut prendre plusieurs années. Le recours à la demande d’avis ne demande que quelques mois.

Toujours pour corriger les insuffisances de la législation, la Cour fait chaque année des propositions de modifications de textes dans un rapport remis au Président de la République, généralement suivi d’effet.

Enfin lorsqu’une loi lui paraît contraire à la Constitution, elle peut saisir le Conseil constitutionnel par le mécanisme de la question prioritaire de constitutionnalité, qui permet au Conseil d’annuler la disposition législative contestée.

Et si une loi lui paraît contraire à la législation européenne, elle peut décider d’en écarter l’application : elle n’annule pas la loi ; elle la déclare inapplicable, ce qui revient à censurer le Législateur.


Son autre rôle est de s’assurer que les juridictions inférieures ont bien appliqué les règles de droit.

Mais elle ne peut être saisie que d’une question de droit. La Cour de cassation n’est pas un troisième degré de juridiction. Elle ne va pas rejuger une troisième fois l’affaire : elle ne va juger que le point de savoir si la règle de droit a bien été appliquée. Ainsi par exemple, récemment, un officier ministériel soulevait devant la Cour, par le moyen d’une question prioritaire de constitutionnalité, l’inconstitutionnalité des articles de loi prévoyant les sanctions disciplinaires qui lui avaient été appliquées. La Cour s’est penchée sur cette question mais pas un instant elle n’a cherché à savoir ce qu’il avait fait pour faire l’objet d’une sanction disciplinaire : ce n’était pas le sujet. Ses agissements relèvent de l’appréciation souveraine des juges du fond qui ont seuls à en connaître.

D’ailleurs, lorsque selon la formule consacrée, lorsque la Cour casse et annule un arrêt, elle ne rejuge pas l’affaire mais la renvoie devant une juridiction de même niveau que celle qui a rendu la décision cassée, qui elle va rejuger l’affaire au fond.

Cette règle absolue explique pourquoi beaucoup de pourvois sont rejetés. Les plaideurs mécontents pensent qu’ils vont replaider une troisième fois l’affaire devant la Cour, sans comprendre qu’on ne juge qu’en droit. Ils ne développent pas d’arguments de droit mais en réalité, sous couverts d’arguments de droit, ils veulent plaider des arguments de fait.

Pour vous donner un ordre d’idée, en 2016, la Cour de cassation a cassé 31% des affaires au civil et 12% au pénal, tous les autres pourvois étant rejetés, la plupart parce que la loi, en dépit des critiques du pourvoi, avait été parfaitement appliquée, mais beaucoup aussi parce que la critique ne portait pas sur des questions de droit.


Il est enfin un autre rôle que tient la Cour de cassation. Celui-là n’apparaît pas dans les textes ; il n’est pas codifié ; il n’en est pas moins capital : c’est celui d’adapter le droit aux évolutions de la société.

Le Législateur, et avant lui le Gouvernement, n’ont pas toujours la volonté de légiférer sur des sujets délicats qui peuvent entraîner des réactions hostiles. Ils laissent volontiers alors à la Cour le soin de faire évoluer le droit à leur place.

Ainsi par exemple de la présence de l’avocat en garde à vue. L’idée d’une réforme législative en ce sens lancée par le gouvernement de l’époque avait soulevé un tollé notamment chez les forces de l’ordre, et le gouvernement avait reculé. Mais la Cour de cassation a été saisie de la question à l’occasion d’une affaire et elle a annulé la procédure parce qu’il n’y avait pas eu d’avocat en garde à vue, appliquant la jurisprudence issue d’un arrêt de la Cour européenne des Droits de l’Homme. Le Législateur a eu beau jeu ensuite de modifier la loi en disant que c’était la conséquence des décisions de la Cour de cassation.

C’est encore le cas avec la gestation pour autrui. L’Exécutif ne cesse de répéter qu’il ne la légalisera pas. Mais l’enfant issu d’une gestation pour autrui, depuis un arrêt de la Cour de juillet dernier, voit sa filiation reconnue en France à l’égard du père et de la mère porteuse lorsque celle-ci est connue, mais pas de la “mère d’intention”. La gestation pour autrui n’est certes toujours pas autorisée dans notre pays ; mais elle n’en produit pas moins des effets juridiques très concrets.

La Cour de cassation, par sa jurisprudence, règle donc une très grande part de notre vie quotidienne, une part d’autant plus grande que la judiciarisation de nos sociétés, depuis une trentaine d’années, fait que désormais, et de plus en plus, tout finit devant un juge.


---

Le lien vers le site Internet de la Cour de Cassation est le suivant 
https://www.courdecassation.fr/

By Rotary Club Bordeaux 02 Nov, 2017
02 novembre 2017 - Pour supporter ses efforts, augmenter sa notoriété et aider à pouvoir obtenir des dons financiers, notre association "soeur" MSPLA33 (Mon Sang Pour Les Autres) a lancé son site Internet fin octobre. L'assemblée générale du 24 novembre aura été l'occasion de le présenter aux membres présents.

Sous l'adresse www.mspla33.org  , le site présente l'association et ses actions.

Une page dédiée permet d'appeler aux dons financiers. La possibilité de pouvoir effectuer des paiements en ligne sera implémantée sous peu. Bien entendu, le site est sécurisée https://

Par ailleurs, le lancement du site aura également été l'occasion de créer les profils @mspla33 sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter pour accompagner le travail de notoriété et de partage d'information.
Notre prochaine action Mon Sang Pour Les Autres des 4 et 5 mai 2018 , Place de la Bourse à Bordeaux, sera l'occasion d'utiliser ces moyens de communications de manière plus assidue.

Comme l'a rappelé le past-président du Rotary Club Bordeaux et actuel trésorier de MSPLA33 Alain DIDIER lors du déjeuner du 25 octobre, le nombre de membres de MSPLA33 semble bien bas par rapport à l'ensemble des membres des clubs Rotary, Innerwheels et Rotaract de Gironde associés à l'action Mon Sang Pour Les Autres sur Bordeaux.
Nous rappelons que la cotisation n'est que de 10 euros par an et comptons sur votre bonne volonté pour nous aider à augmenter le nombre de membres de l'association.

Le site a été réalise par notre membre Alex BENOEHR , responsable de la communication du RC Bordeaux, également webmaster et community manager du site www.rotarybordeaux.org .


Nous vous invitons à consulter le site , "liker" la page Facebook   @mspla33 et nous suivre sous Twitter   @mspla33   ainsi qu'à partager l'information avec vos amis et vos proches.

Nous rappelons à cette occasion que le Rotary Club Bordeaux est lui aussi présent sur Internet sous www.rotarybordeaux.org , Facebook @rotarybordeaux et Twitter @RotaryBDX . Là encore, n'hésitez pas à partager l'information.
By Rotary Club Bordeaux 25 Oct, 2017
25 octobre 2017 - Une remontée dans le temps de notre ami Philippe MARTIN DUPONT qui nous présentait lors de sa conférence statutaire "La néphrologie - Spécialité jeune et thématique ancienne" à quel point nos ancêtres, dès la Grèce antique, avaient déjà une vision (plus ou moins) précise de notre anatomie et, dans ce cas précis, de nos reins.

D'Hippocrate à Galien, ce sont ainsi  des générations de chercheurs, médecins, scientifiques qui ont affiné puis saisi la compréhension de comment fonctionnait en grandes lignes notre système rénale.

« Galien pourrait évoluer dans n’importe quel laboratoire de physiologie moderne et s’y sentir parfaitement à l’aise »


Vous trouverez la remarquable présentation de Philippe en format .pdf en cliquant sur le lien suivant ( présentation      ).

By Rotary Club Bordeaux 18 Oct, 2017

18 octobre 2017 - Une présentation passionnante de notre ami Nicolas Patay sur les origines de la maïsiculture dans les Landes, dont une partie non-négligeable est l'œuvre de sa famille.

Des fermes napoléoniennes du XIXème siècle et de l'âge d'or de la gemme et des pins aux incendies entre 1937 et 1949, puis aux tentatives de plantations diverses, le développement de l'agriculture dans les Landes n'a jamais été un long fleuve tranquille.

Que les Landes nous fournissent non seulement en maïs, mais aussi en carottes ou en asperges nous paraît souvent être une évidence de nos jours, mais c’est ignorer l’histoire souvent difficile de ces pionniers qui se sont installés et qui ont essayé de conquérir le sol et le climat et quand ça ne passait pas, ont réussi soit à s’adapter, soit à adapter leurs produits aux contraintes ambiantes… 

Une plongée fascinante dans l’histoire (récente) du Sud-Ouest !



Vous trouverez la présentation de Nicolas en format .pdf en cliquant sur le lien suivant ( présentation   ).
By Rotary Club Bordeaux 12 Oct, 2017
11 octobre 2017 - Notre amie Anne-Dominique Bataille nous a présenté le monde et les enjeux de la finance solidaire lors de sa conférence statutaire.

Les attaques sur le monde de la finance et ses acteurs sont choses faciles et courantes depuis la crise commencée il y a 10 ans. Il faut néanmoins garder à l'esprit, d'une part, que toute économie a un besoin vital de banques et de financiers. D'autre part, la recherche du gain facile et rapide par le trader sans coeur est une caricature qui perd totalement de vue les efforts entrepris par l'industrie financière, voire existants depuis très longtemps, pour développer des mécanismes alliant finance et réelles implications sociétales.

De plus en plus d'épargnants cherchent ainsi à donner du sens à leurs investissements et sont à la recherche de produits pour faire fructifier leur argent tout en participant activement aux enjeux de la société.

Le label Finansol ainsi été créé pour répondre à et guider ces aspirations ( lien ). Un label et des acteurs qui méritent une meilleure notoriété.


Vous trouverez la présentation d'Anne-Dominique en format .pdf en cliquant sur le lien suivant ( présentation ).
By Rotary Club Bordeaux 04 Oct, 2017
04 octobre 2017 - Visite du et soirée avec le gouverneur 2017/2018 du district 1690, Jean-Paul NOUHAUD.

A l’occasion du dîner, le Gouverneur a tenu à poser pour la traditionnelle photo avec l’ensemble des membres du club impliqués dans l’action du district.

Tant au cours du comité qui précéda le diner qu’à l’occasion des questions réponses avec le club, Jean-Paul Nouhaud a insisté sur sa priorité n°1, redresser la barre des effectifs et, à l’instar d’autres districts, relancer la politique de recrutement.

Il a salué les efforts engagés pour créer un second club Rotaract sur Bordeaux et engager la création d’un club satellite sur l’agglomération bordelaise.

En réponse à une question de l’assistance, il a souligné le dynamisme économique et démographique de Bordeaux, ce qui en faisait un terrain de choix pour se lancer dans ces créations.

Enfin, il a remercié le club pour son travail d’équipe, bien en phase avec les objectifs du district, au service de l’action rotarienne.

By Rotary Club Bordeaux 20 Sep, 2017

20 septembre 2017 - Invité par notre ami Jean-Pierre FRANKENHUIS, par ailleurs protocole 2017/2018 ainsi que contributeur régulier d'une colonne sport dans de l'édition dominicale de Sud Ouest, Frédérique LAHARIE, rédacteur en chef Sport du Journal « Sud Ouest » nous a livré ses impressions personnelles sur « L’évolution du journalisme sportif »

Le journalisme sportif reste avant tout du journalisme. Bouleversé par l'essor de l'Internet, ce dernier a été obligé de se réinventer. Parmi les grands changements, il est à noter à quel point la temporalité a changé ces dernières années :

On est passé dans l'ère de l'immédiateté. Voire de l'éphémère. La durée de vie de l'info est devenue instantanée.

Ceci nécessite donc une vigilance accrue. Il en va de la crédibilité de l'info - et du journaliste. ET du média. Le challenge est donc de maintenir la crédibilité de l’information tout en allant de plus en plus vite. Sachant que la charte du Sud-Ouest impose de vérifier plusieurs fois la source de chaque nouvelle, il a été nécessaire de changer les pratiques et de revoir l’organisation pour développer une rédaction internet.

Des études ont montré que 60% des articles sur les sites d’informations sont repris de part et d’autre. L’enjeu est donc de produire sa propre information, et ce afin de fidéliser les clients. C’est d’autant plus le cas si l’on cherche à développer un accès « prémium » auquel doit s’abonner un lecteur (qui devient « client »).

L’internaute a de nous jours un accès immédiat et globalisé à l’information. Un journal comme Sud-Ouest est donc en concurrence avec le monde entier – et en plus avec les réseaux sociaux.

Il est donc nécessaire d’affirmer une particularité différentiante, celle d’être un média régional avec un accès privilégié à sa base.

De nos jours, il existe un enjeu de taille qui est celui d’être à tout moment présent sur les réseaux sociaux pour détourner le trafic vers le site, pour ainsi dire rabattre l’internaute de Facebook vers le site internet.

Il est à noter que la lecture en ligne a aussi ses avantages pour le journaliste qui ne se retrouve plus limité ni par le colonnage, ni par la taille de l’article, c’est à dire par la mise en page traditionnelle du journal papier. Ceci dit, il ne suffit plus de simplement d’écrire : de nos jours, un article se doit d’arborer des images ou de graphiques en plus.

L’information ne doit donc non seulement être vérifiée (encore et encore), mais aussi mise en scène.

Ainsi tout journal se transforme en site…

By Rotary Club Bordeaux 13 Sep, 2017
13 septembre 2017 - Conférence statutaire de notre ami Pascal MARCHESSEAU, Directeur Général du groupe Pouey International, sur l'évolution de la gestion du risque client, notamment

de manière curative : par le recouvrement dans le cas de créances impayées
ou, surtout, préventive : par les renseignements commerciaux, l’assurance-crédit, l’affacturage ou « Factoring »,
et depuis quelques années l’apparition de « FinTech ».

Notons que même si la situation tend à s’améliorer depuis la loi dite « Macron » de modernisation de l’économie de 2016, un quart des faillites en France est toujours dû au non-respect des délais de paiement.

Cependant les solutions actuelles  ne sont pas adaptées aux TPE et aux PME , qui souhaitent un système souple de financement de leurs factures . Il faudra attendre que le législateur modifie la loi concernant le rachat des créances pour voir apparaître des changements qui permettraient aux  entreprises de se refinancer à un coût représentant qu'une faible partie du montant final de la facture et aux investisseurs d'obtenir un rendement net nettement au-dessus du prix du marché.
A suivre, donc.

---

L'intégralité de la présentation peut être lue en cliquant sur le lien suivant " Présentation : Evolution de la gestion du risque client "

--- 

Site du groupe Pouey International



 
By Rotary Club Bordeaux 10 Sep, 2017

06 septembre 2017 - Une présentation sur les cancers de l’enfants du Professeur Yves PEREL, à la tête de l'Unité d'Oncologie et Hématologie Pédiatriques de l'Hôpital des Enfants Pellegrin, à la fois poignante, car qui ne peut être insensible à ce sujet, mais aussi chaleureuse et empreinte d’humanité.

Soulignons que le soutien au projet des Chambres de l'Espoir est depuis l’année dernière l’action principale du Rotary Club Bordeaux. Engagé sous la présidence de Xavier HEYMANS, l’action sera pérennisée sous la présidence de JC Bach pour 2017/2018 et reconduite sous celle du président-élu 2018/2019 René Dauman.

Vous trouverez en suivant ce lien le compte-rendu de la soirée des 90 ans du RC Bordeaux , lors de laquelle nous avons remis un don important au Professeur Pérel, ainsi que notre page dédiée à son projet .

Vous trouverez l’intégralité de la présentation sur les cancers de l’enfant du 7 septembre en cliquant sur le lien suivant.

Résumé en quelque mots :

-    Chiffres constants depuis le début des mesures dans les années soixante

-    2000 enfants atteints par an en France

-    Aléatoire

-    Pas / peu d'hétérogénéité géographique

-    Pas / peu de maladies « d'adultes »

-    Quand des études sont faites, on tombe sur les mêmes données.

-    On ne connaît pas les causes. Peut-être qu'il n'y en a tout simplement pas…

-    La survie à 5 ans s'est globalement améliorée de 1.2% par an

-    Taux de guérison de 80% actuellement

-    Comparé à 50% chez les adultes

-    Peu de nouveaux médicaments

-    Le miracle des 50 dernières années est d'être arrivé à trouver les "bonnes recettes" avec les traitements existants.

 

Penchons-nous donc sur ce que nous pouvons faire pour aider le Professeur et ses équipes dans leur combat quotidien pour alléger la pénibilité de la vie de jeunes patients au CHU : Ces enfants passent en moyenne 24 jours en isolement, « prisonniers » durant la durée de leur traitement dans les secteurs extrêmes sous des conditions extrêmes de propreté ou stérilité.


L’expérience a montré que : « Ça marche ! ». On a fait passer le brevet et on fait passer le bac à des enfants au CHU.

Mais leur accompagnement reste très confiné et ce n'est pas un projet de vie. C'est bien, mais pas suffisant.

Il faut maintenant chercher le supplément d'âme…


"Avoir la famille autour nous met un coup de pied dans le cul pour aller au-delà de la simple santé biologique, mais aussi de la santé personnelle de jeunes patients." (Prof PEREL)


Le but est donc de proposer de l'espace, de la lumière, de la scolarité, du mouvement…

Pour ainsi dire : Il faut laisser entrer les parents au lieu des microbes.

 

Le secteur protégé fonctionne déjà depuis 1992 avec 5 lits. Ce sont des bunkers anti-microbes, aux conditions équivalentes à celles d'un bloc opératoire.

Mais ce sont des chambres qui à l’époque ne faisait que 8m2 et qu’il fraudait faire passer à 20m2.

 

Les plans sont prêts. Nous préparons les 20 ans prochaines années.

La moitié du budget total de 700.000 euros est déjà assurée par la fondation APHP. Le reste dépendra, entre autres, du support associatif et caritatif, tel celui du Rotary Club Bordeaux.

Notons déjà la soirée du 3 février 2018, une soirée dédiée à lever des fonds pour ce projet.

 

Sur la question de devoir se blinder des émotions quand on travail au quotidien avec la souffrance des enfants

Il ne faut pas se fabriquer d'armure. Il faut vivre avec et avoir de la peine et en faire quelque chose de positif. 

C’est ça la résilience.


By Rotary Club Bordeaux 30 Aug, 2017
30 août 2017 - Conférence animée par Patrick BERGER, Directeur Régional Nouvelle Aquitaine de la Banque de France, sur l'activité économique de l'année 2017.

Avec 1,5 % de croissance trimestrielle depuis deux trimestres et une perspective similaire jusqu'à la fin de l'année, la France a renoué avec la croissance.
Celle-ci reste cependant insuffisante pour réduire le chômage de masse. Des mesures structurelles - des réformes profondes - doivent être engagées pour déplafonner notre potentiel de croissance.

La politique monétaire ne peut, en effet, pas tout résoudre...


Visionnez ou téléchargez la conférence ici


Depuis 1848, la Banque de France est implantée à Bordeaux. À l’époque il s’agissait de procurer au commerce maritime les capitaux qui s’en étaient détournés depuis les guerres.

Aujourd’hui, les professionnels des 13 succursales néo-aquitaines agissent chaque jour pour bâtir un monde financier plus sûr et plus stable pour tous les acteurs économiques. À Bordeaux, leurs missions vont de l’entretien de la monnaie fiduciaire au service des Particuliers (accès aux grands fichiers de crédit, surendettement des ménages), du service des Banques et des Entreprises (cotation, Fiben, Geode…) aux analyses conjoncturelles ou structurelles de l’économie locale.

Ci-joint le profil de la Banque de France  en Nouvelle-Aquitaine

By Rotary Club Bordeaux 23 Aug, 2017
Mercredi 23 août 2017 - Conférence sur la "Situation actuelle au Brésil" de notre cher ami Jean-Pierre FRANKENHUIS, consul honoraire du Brésil, et, par ailleurs, protocole pour l'année rotarienne 2017-2018.

Visionnez ou téléchargez la conférence ici.
By Rotary Club Bordeaux 16 Aug, 2017

Chers Amis,

J’ai choisi de vous parler, brièvement, des relations entre Bordeaux et l’Angleterre pour deux raisons : la première tient au Brexit (un événement d’une portée considérable), et deuxièmement notre Club est jumelé à celui de Bristol, qui nous l’espérons tous pourra nous accompagner dans la demande de financement par le RI pour l’action phare de cette année au profit de l’enfance hospitalisée.

Les quelques faits historiques que j’ai sélectionnés sont bien connus pour certains d’entre eux, et un peu moins pour d’autres. Je suivrai un ordre chronologique et commencerai par l’héroïne régionale, Aliénor d’Aquitaine.

-      A l’âge de 15 ans et comme duchesse d’Aquitaine, elle a épousé à la cathédrale St André de Bx en 1137 celui qui allait devenir quelques mois plus tard roi de France, Louis VII.

-      Ne lui ayant pas donné de garçon au bout d’une quinzaine d’années, ce qui mettait en danger l’avenir de la dynastie, Louis VII décida de se séparer d’elle.

-      Ceci permit à Aliénor d’épouser en 1152, à l’abbaye de Westminster, celui qui allait devenir deux ans plus tard roi d’Angleterre, sous le nom d’Henri II.

-      Les Anglais connaissent très bien la filiation des Plantagenets (ou des Angevins si vous préférez) ; nous la connaissons un peu moins bien car elle est un peu compliquée. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, Henri II n’était pas le fils d’Henri I, mais son petit-fils. Entre les deux, il y a eu un personnage-clé dans l’histoire de l’Angleterre, Geoffroy d’Anjou. Sans lui, la dynastie des Angevins se serait interrompue ; voilà pourquoi les Anglais y sont tellement attachés. En effet, Henri I n’a eu que deux enfants, un garçon qui est mort avant l’âge de 20 ans, et une fille qui s’appelait Matilda. Et c’est cette Matilda qui épousa Geoffroy d’Anjou. De l’union entre Matilda et Geoffroy d’Anjou naquit (au Mans) Henri II, dit Plantagenet (car, à la demande de sa mère, il arborait sur son bouclier les couleurs familiales du genet).

-      Deux coïncidences sont étonnantes : (a) Henri I et Henri II ont régné chacun 35 ans ; (b) dans les deux mariages décisifs de l’histoire de l’Angleterre, celui de Matilda et de Geoffroy d’Anjou d’une part, et celui d’Aliénor avec Henri II, à chaque fois l’époux était plus jeune de 12 ans.

-      Nous savons bien qu’Aliénor et Henri II ont eu plein d’enfants, dont deux garçons qui devinrent rois d’Angleterre à tour de rôle : Richard I (souvent appelé cœur de lion) et Jean (souvent désigné Jean sans terre par les Français). En fait le roi Jean est venu beaucoup plus souvent dans l’actuelle France et à Bordeaux en particulier, que son frère.

-      Pour rester dans mon propos, le roi Jean a eu un fils qui allait devenir Henri III. Celui-ci a eu un règne très prolongé (un demi-siècle). Je terminerai cette séquence sur Henri III en indiquant que sa fille est morte de la peste à Bordeaux, alors qu’elle avait une vingtaine d’années et qu’elle se rendait à son mariage en Espagne. Ceci nous rappelle que la peste a frappé Bordeaux avant l’Angleterre.

Nous changeons de siècle et arrivons aux environs de 1366. Là commence une autre histoire, celle de Richard. Pendant plusieurs années, il fut appelé « Roi de Bordeaux » par les Anglais (c’est je crois le seul roi qui soit né dans cette ville) ; à l’âge de 10 ans, il devint roi d’Angleterre parce que son père (le Prince Noir) et son grand-père (le roi Edouard III) étaient morts la même année (1376).

Richard II eut un règne de près de 20 ans qui fut dépeint de manière assez négative par Shakespeare. Et pourtant, au début de son règne, alors qu’il n’avait que 14 ans, le « Roi de Bordeaux » se montra très courageux en matant une des émeutes les plus violentes que connut l’Angleterre, la « révolte des paysans ». Les initiatives qu’il prit plus tard furent moins glorieuses et il fut contraint d’abdiquer.

Je terminerai mon propos sur Bordeaux et l’Angleterre par l’évocation du rôle de ce pays sur notre vin. Lorsque les troupes Anglaises menées par Lord Talbot perdirent la bataille de Castillon en 1453 (l’année de la chute de Constantinople), toute la ville de Bordeaux fêta l’entrée des troupes Françaises, à l’exception de ceux qui travaillaient dans le vin. Ceux-ci se rendaient bien compte qu’avec le départ des Anglais, ils risquaient de perdre une grosse partie du marché qui avait fait la fortune du vin de Bordeaux.

Mais l’influence de l’Angleterre ne s’est pas arrêtée là. Vous savez tous que le commerce du vin se faisait à l’époque par bateaux et que nos amis Anglais contrôlaient une grande partie de ce commerce. C’est pour cette raison que le volume des barriques dans lesquelles le vin était transporté, correspondait à 50 gallons, soit 225 litres. Pour les Anglais, qui ont toujours été très pragmatiques dans le commerce, il était plus facile de répartir le vin d’une barrique en 300 bouteilles de 0,75 l qu’en 225 bouteilles d’un litre. Voilà pourquoi, nous continuons à utiliser des bouteilles de 0,75 pour distribuer nos vins délicieux. Voilà aussi pourquoi les caisses de vin contiennent aujourd’hui 6 ou 12 bouteilles, correspondant respectivement à 1 ou 2 gallons.

By Rotary Club Bordeaux 19 Jul, 2017

Bonjour à tous et toutes, je m’appelle Maria ABDALA de LOS ANGELES, je suis une étudiante d’échange en provenance de La Rioja Argentine, et je vais essayer de vous raconter très brièvement cette année extraordinaire que j’ai vécue grâce aux Rotary Clubs de Chamical et Bordeaux.

Etre une étudiante d'échange a été l'un des défis les plus incroyables et extraordinaires de ma vie ; aller dans un pays inconnu, où je ne connais personne et où je ne parle la langue. Je ne savais pas ce que je pouvais attendre de l'autre côté du monde, si ça me plairait ou pas. C'est fou. Mais il y avait quelque chose de plus fort. Quelque chose qui m'a fait dire au revoir à ma vie et aux personnes que j'aime pour découvrir non seulement le monde mais aussi moi-même. Ce n'est pas une route facile, les personnes pensent qu'étudier à l'étranger est un divertissement, des voyages agréables, des amis nouveaux, mais ce n’est pas que ça, ils ne sauront jamais toutes les difficultés que nous avions à affronter. Ils ne savent pas les nerfs que nous ressentons quand on arrive et qu’on ne comprend rien autour de nous ou lorsque, le premier jour de l'école, nous voyons tout le monde s’embrasser et que nous ne savons pas si on se trouve dans la bonne salle. Ils ne savent pas quand on arrive dans une maison pleine d'étrangers de devoir les assimiler comme notre «famille». Ils ne savent pas toutes ces nuits où l'odeur d'un parfum peut nous apporter des larmes aux yeux et des souvenirs de notre maison. C’est un processus difficile mais les leçons que nous tirons, que ce soient grands ou petits changements, font partie de nous, tu es vraiment connectée à toi-même.

A un moment donné, des situations inconfortables deviennent des anecdotes amusantes, et la solitude se transforme en une liste de sorties programmées et de plans établis. Nous apprenons comment nous déplacer en bus et en tramway, la langue ne nous effraie plus. Les gens nous demandent si nos familles nous manquent, et nous donnons toujours une réponse déroutante entre « le oui et le non ». Nous commençons à découvrir que tout est normal et que la seule chose que nous avons trouvée étrange est qu’on ne veut pas rentrer chez nous. Nous commençons à changer notre sens de la maison, ce n’est pas un endroit mais un sentiment. Les gens que nous connaissons depuis quelques mois forment progressivement une grande partie de notre vie. La famille n’est plus seulement biologique, mais de cœur. Les nationalités et les limites sont inexistantes. Nous comprenons que nous sommes toutes et tous des personnes qui aiment rire et qui peuvent souffrir de la même manière. Et nous sommes reconnaissants d'avoir trouvé ces âmes sœurs que nous avons cherchées depuis longtemps.

Les jours se transforment en semaines et les semaines se transforment en mois. Nous nous rendons compte que le temps passe très vite et nous avons encore une longue liste d'endroits où on veut aller et de choses qu’on a envie de faire. Mais nous savions que tout a une fin et, en dépit de vouloir rester, nous avons un billet de retour qui attend pour nous. Notre cœur est brisé de façon inattendue et commence à partir en petits morceaux qui vont dans différents pays à travers le monde, ne sachant pas quand nous nous reverrons. Tous ces souvenirs sont quelque chose qui, malgré le temps et la distance, ne pourront jamais être loin de moi. Et même si ça fait mal d'avoir mon cœur dans les différents coins du monde, si je devais recommencer, je n’hésiterai pas à dire oui.

Merci beaucoup, Rotary Club Bordeaux, merci pour m’avoir accueillie, merci d’avoir rendu possible cette expérience, continue toujours avec le cœur à la main, j’espère qu’on pourra rester en contact et peut-être travailler ensemble internationalement.

By Rotary Club Bordeaux 10 Jul, 2017

Mercredi 5 juillet 2017 - Et oui, pour nous aussi, au Rotary Club Bordeaux, après la passation de pouvoir vint le moment du discours de politique générale…

Ce mercredi 5 juillet, Jean-Claude BACH exposa sa vision et ses attentes pour la présidence 2017-2018, après les avoir présentées et ajustées le matin-même avec le comité de direction et ses responsables de commissions.

Comme annoncé lors de la passation, le but sera d'inscrire dans la continuité l’action majeure du club en faveur de l’enfance hospitalisée. JC Bach se propose de poursuivre cet axe d’action humanitaire avec l’appui de René (DAUMAN, le Président Elu 2018-2019) et d’Alain DIDIER (en tant que Past-Président) en vue de prolonger et d’amplifier cette action dans la durée, au bénéfice du service d’oncologie du Professeur Yves PEREL au CHU Pellegrin de Bordeaux.

"Cette continuité dans la cohérence est importante, car nous avons besoin d’une perspective pluriannuelle pour clarifier le cadre de nos actions et donner du sens à nos interventions.

Nous poursuivrons cet objectif en joignant nos forces à celles des six Rotary Clubs de Bordeaux intra muros et du Rotaract Club de Bordeaux. Ce sera une manière collective de répondre aux vœux du Rotary International et aux objectifs du District 1690, l’union de nos efforts donnant crédibilité et cohésion à l’image du Rotary au plan local."

Pour financer cette action majeure, avec l’appui de la Mairie de Bordeaux, un concert sera organisé à l’Auditorium Samedi 03 Février 2018, merci de noter cette date importante.


Ce déjeuner aura également été l'occasion de faire nos adieux à notre charmante exchange student argentine. Maria Abdala nous longuement expliqué son expérience des 12 derniers mois, le tout dans un français impeccable - elle qui ne le parlait pas en arrivant à Bordeaux...

By Rotary Club Bordeaux 28 Jun, 2017

Passage de témoin au Rotary Club Bordeaux : la roue tourne au Rotary !

Le mercredi 28 juin a eu lieu le passage de témoin entre l’ancien président et le président-élu du Rotary Club Bordeaux. Jean-Claude Bach, jeune retraité et ex directeur régional de la Banque de France en Aquitaine, prend le relais de Xavier Heymans, avocat en droit public, qui à 38 ans fut le plus jeune président d'un club qui vient de fêter ses 90 ans.


"Pour nos 90 ans, nous avons choisi d'offrir un cadeau plutôt que d'en recevoir !"

Pour commémorer cet anniversaire le 12 avril dernier, Xavier Heymans avait souhaité que le Rotary Club Bordeaux ...fasse un cadeau, en finançant une salle de loisirs pour les enfants hospitalisés atteints de cancer à l’hôpital des enfants du CHU Bordeaux.

Jean-Claude Bach aura à cœur de prolonger et d'amplifier cette action dans la durée, au bénéfice du service oncologie du professeur Perel. Et de poursuivre cet objectif en fédérant les forces des 6 clubs de Bordeaux intra-muros et du Rotaract, l’organisation des juniors du Rotary.


Pour financer cette action, avec l'appui de la Mairie, un grand concert sera ainsi organisé à l’Auditorium le 3 février 2018. Notez dès à présent la date !

 

By Rotary Club Bordeaux 21 Jun, 2017
21 juin 2017 - Un déjeuner studieux, mais néanmoins agréable et sympathique, comme toujours, lors de l'assemblée générale pour clore l'année rotarienne 2016 / 2017 sous la présidence de Xavier HEYMANS.

Un déjeuner protocolaire qui fut d'ailleurs sans cravate (pour ne pas succomber à la canicule)... 
:)

Néanmoins plus formel que d'habitude, ce déjeuner a été l'occasion d'une revue de l'activité du club et de ses commissions sur l'année rotarienne écoulée. Nous aurons l'occasion d'approfondir pendant les billets d'été les diverses actions de cette année.

Par ailleurs, comme pour toute association, l'assemblée générale est bien sûr aussi le moment de faire avaliser l'action de la direction ou les comptes.
Cette année a aussi été l'occasion de mettre à jour nos statuts dont vous trouverez une copie dans l'espace membre.

Ont ainsi été votés :
  • l’approbation du bilan financier de l’année rotarienne 2016-2017 présenté par le Trésorier Philippe BRETELLE
  • l’affectation du résultat au fonds associatif
  • l’adoption du rapport moral de l’assemblée générale année rotarienne 2016-2017 (comptes rendus des commissions)
  • l’approbation de la composition du Comité de l’année rotarienne 2017-2018 présentée par le Président Elu Jean-Claude BACH
  •  l’adoption des nouveaux Statuts et Règlement Intérieur du Rotary Club BORDEAUX, retravaillés par nos membres Wladimir BLANCHY, le Past-Président Alfred de PEYRELONGUE, le Président 2017-2018 Jean-Claude BACH et le Président 2016-2017 Xavier HEYMANS.
---

L'occasion se prêtait à la lecture de la "Minute Rotarienne" sur la "Passation des Pouvoirs" (ce mercredi 28 juin au soir)

Le Président d’un Club ROTARY est élu pour un mandat d’un an, qui commence le 1er Juillet de l’année N et se termine le 30 Juin de l’année N+1.
Préalablement, au cours du mois de Juin qui précède, le club organise un dîner exceptionnel appelé « soirée de passation de pouvoirs », réunissant les membres du club ainsi que leurs conjoints, leurs ami(e)s et, si possible les médias locaux.

Traditionnellement, le Président « sortant » présente les principaux évènements et réalisations de son mandat.
Ensuite, il appelle à ses côtés le Président Elu et, après avoir demandé à l’assistance de se lever, lui transmet le collier, emblème officiel du Président du Club.

A son tour, le Président « entrant » expose les grandes lignes de son programme pour l’année à venir et présente individuellement les membres de son Comité.

Malgré cette transmission de collier symbolique, le Président en exercice poursuit son mandat jusqu’à son terme du 30 Juin. Souvent, il reçoit lui-même un collier de Past-Président.

By Rotary Club Bordeaux 14 Jun, 2017

14 juin 2017 – Le témoignage sincère et poignant d’ Elizabeth D'ANGELE , fondatrice de l’association d’aide aux personnes en difficultés « La Maison d’Elizabeth ».

Un témoignage fort de Madame D’Angèle, ex-infirmière, ex-directrice d’une maison de retraite, ex-sdf, sur la nécessité de ne jamais baisser les bras et de savoir rebondir.

« On tombe dans la rue, puis on devient alcoolique et drogué. »

Suite à des aléas de la vie, Elisabeth d’Angèle se retrouve dans la rue, malade d’un cancer, et apprend à connaître que c’est la loi de la jungle qui règne la nuit dans les rues, même celles de la si belle ville de Bordeaux. Ce sont des clans et des secteurs où règne l’appel de la drogue, de l’alcool et du suicide. Où des dealers appâtent leurs futurs clients et où l’on oublie presque jusqu’à son prénom.

 Remise sur pied par le hasard du destin, Elizabeth d’Angèle se consacre depuis plus de 10 ans à aider les sans-abris. Elle a créé la Maison d’Elizabeth avec l’aide de la mairie, place Saint-Martial, à côté de la Maison de Marie ( que le Rotary Club Bordeaux connaît si bien ) et suit près de 80 ans personnes dans les rues de Bordeaux. Pour aider à leur réinsertion, elle travaille avec d’autres associations et reste en recherche constante de bonnes volontés pour lui venir en aide, de médecins bénévoles, pour l’aider dans ses besoins de logis, de suivi, d’administratif.

Son avertissement résonne : malgré toutes les aides, malgré la création du SAMU social il y a des décennies, il y a de plus en plus de gens dans la rue.

Une leçon de courage bouleversante, qu’Elizabeth d’Angèle relate dans un livre qu’elle a écrit.

Vous pouvez passer commande du livre d’Elizabeth d’ANGELE « une ex SDF… à Bordeaux » au prix de 20 €,

au secrétariat du Rotary Club Bordeaux (téléphone 05 56 96 47 61) ou faire un don au bénéfice de la maison d’accueil pour SDF qu’elle a créée à Bordeaux.

By Rotary Club Bordeaux 07 Jun, 2017
07 juin 2016 - Nous avons eu le grand plaisir de recevoir Hervé LEFEVRE , directeur général de Keolis Bordeaux, invité par le past-président Michel BELONDRADE.

Hervé LEFEVRE nous a présenté avec entrain et dynamisme l'activité de Keolis Bordeaux, l'opérateur de TBM (Transports Bordeaux Métropole), ses enjeux, ses contraintes, sa stratégie, sa vision.

Après une brève présentation du groupe Keolis, un acteur global, pure player des transports publics sur les marchés matures (3 milliards de passagers par an, EUR 5 mrd de CA), nous avons pu approfondir son implication en local en tant que délégataire de l'activité sur Bordeaux Métropole sur 2015-2022.

En tant que tel, Keolis est également un des gros employeurs de la région avec 2500 employés.

Entreprise de transports multimodale, gestionnaire du 1er réseau de trams en France (quand la ligne D sera lancée), Keolis véhicule 141 millions de passagers par an, dont 90% par tram et lianes de bus.

Enfin, Hervé LEFEVRE s'est attardé sur les challenges à venir, sur la digitalisation actuelle et future de l'activité, mais également sur la nécessité des acteurs du transports publics de prendre en compte les besoins de populations plus fragiles en terme de mobilité ou de capacités numériques. 

Une session fournie de questions-réponses nous a parmi d'aborder des questions telles que les incivilités ou l'arbitrage coût de charge d'exploitation et recettes.
Sur ce dernier point, il est à noter que face aux EUR 210m de charges, les recettes de TBM sont de EUR 70m. Le solde négatif de EUR 140m à la charge de la Métropole est couvert par des revenus d'environ EUR 170 de la taxe de versement de transports, ce qui laisse EUR 30m pour amortir les investissements passés.


Comme il est difficile de résumer l'intégralité de celle-ci, tant elle était passionnée, fournie et détaillée, nous vous invitons à consulter  ci-joint la présentation sous format .pdf  .

Le site Internet de TBM est ici .

By Rotary Club Bordeaux 31 May, 2017
31 mai 2017 - La passion des manuscrits, présentée par Jessica NELSON SCOTT , auteure et éditrice, ainsi que belle-fille du past-président Michael Scott.

Jessica Nelson Scott nous a présenté son parcours lettré, Science Po, carrière journalistique, notamment en tant que rédactrice en chef de l’émission au Field de la Nuit.

En 2012, elle fonde avec Nicolas Tretiakow les éditions des Saints Pères, maison d'édition de luxe qui propose la reproduction (séries limitées et numérotées) de manuscrits d’œuvres littéraires reconnues, comme Hygiène de l'assassin, d'Amélie Nothomb, L'Écume des jours de Boris Vian, La Belle et la Bête de Jean Cocteau, Le Mépris de Jean-Luc Godard, Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline ou encore Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne.

C’est de cette passion pour les manuscrits que traitait sa présentation lors du déjeuner du 31 mai 2017.

Avec verve, elle a ainsi partagé avec nous ces ballades littéraires hors-norme que sont la découverte des textes dans leur état originel, avec souvent leurs ratures, leurs fautes d’orthographes, leurs hésitations.

Ce sont des révélations, sur le tard, qui créent un lien intime avec les auteurs - sachant que l’éditrice nous confirme qu’ils sont souvent peu contrariants (la majorité d’entre eux n’étant plus de ce monde).

La lecture et l'analyse de ces originaux révèlent ainsi que Baudelaire était tatillon et hésitait jusqu’aux épreuves ultimes entre virgule ou point-virgule, que Jules Verne avait annoté les marges du Tour du Monde avec les horaires et calendriers exacts pour rester dans les temps ou que la fameuse madeleine de Proust n’a pas toujours été celle-ci mais était passée par d’autres stades de viennoiseries voire de pain grillé...

Chaque nouveau livre est une aventure, une découverte, une négociation avec les ayants-droit.

Vendus directement via internet, économisant ainsi les coûts de distribution, les tirages de 1 000 à 2 000 exemplaires sont proposés entre 140 et 250 euros, probablement 4 à 5 fois moins cher que via une diffusion « classique ».

Les éditions des Saint-Pères sont en train de relever le challenge d'exporter leur savoir-faire et leur passion à l'étranger avec la sortie de leurs premiers livres d'auteurs anglais et américains dans un avenir proche.
Bonne chance, Jessica !

Lien vers le site des Editions des Saints-Pères

By Alex Benoehr 28 May, 2017

24 mai 2017 - Notre ami Olivier Colas nous a offert une passionnante et honnête vision de son activité de courtier en transactions viticoles en nous rappelant d’entrée l’expression anglaise « The difference between boys and men is the price of their toys ».

Une plongée rapide dans les dessous d’un écosystème dans lequel des propriétés viticoles peuvent être cédées à partir de 1m d’euros, comme certaines peuvent être valorisées 20 ou 300 millions… 


Quelles sont les motivations des vendeurs et des acheteurs ?

Gardons en tête que le tout se joue dans un environnement dans lequel le prix du vin a baissé sur les dernières années, malgré un doublement de coûts – le tout avec une concurrence accrue mondiale, et pour le Bordelais ou la Bourgogne, française.

Côté vendeur, Olivier nous rappelle que la vigne est une histoire d’Hommes, qui parfois se fatiguent face à ces changements. La « lassitude » des vendeurs dont la vie a souvent été passionnante, mais souvent difficile et ingrate. La fierté de pouvoir partager des millésimes extraordinaires rencontre souvent des problèmes de successions.


« On n’a que deux vies. La deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a qu’une… »

Côté acheteur, Olivier rencontre souvent des responsables d’entreprises ou des entrepreneurs qui à l’approche d’une future retraite ont envie de profiter de leur réussite, de l’argent gagné, des stock-options…

Il faut néanmoins garder à l’esprit que la vigne est un métier consommateur en capital. Il faut prévoir et gérer les besoins de liquidité dans une économie dans laquelle le cycle minimum est de 4 ans et qui peut s’allonger et même doubler s’il est nécessaire de faire des travaux.

La mission de l’entremetteur est donc aussi d’ouvrir les yeux aux doux rêveurs. La vigne est quelque chose qui prend beaucoup de temps, outre les besoins d’argent mentionnés.

Il est nécessaire pour tous de valider les acheteurs, leur solvabilité et leur sérieux, pour satisfaire aux attentes des vendeurs. C’est d’autant plus le cas que les transactions nécessitent souvent de 6 mois à 1 an.


La recherche du vrai prix ?

La vigne est un produit de luxe, sa valeur est celle de la passion que les acheteurs auront développée, celle d’un coup de cœur.

L’intermédiaire veillera à gérer, outre l’émotion, la stratégie de développement envisagée. Faut-il investir beaucoup initialement ou plutôt garder de quoi développer l’entreprise dans le temps ?

De 15.000 euros par hectare, les prix peuvent passer à 50.000, voir 3 millions à Pomerol…

Ce qui est certain est l’influence importante de la marque sur le prix final; un rappel, s’il en faut encore, que la vigne est bel et bien un produit de luxe.

Notre ami nous souligne que son expérience montre la résilience de l’investissement dans des châteaux de choix.

« On ne perd pas sur des prix élevés ! »

By Rotary Club Bordeaux 18 May, 2017

17 mai 2017 - En 1984, face à la montée de la pauvreté, plusieurs associations caritatives s'inspirent du modèle des Food Banks américaines et se réunissent pour fonder la première Banque Alimentaire à Paris.

Celle de Bordeaux suivra en 1986 ( Un récapitulatif des 30 dernières années se trouve ici

Son actuel président Jef RUNEL BELLIARD , en poste depuis avril 2015 après une carrière comme au Comité des Expositions de Bordeaux et puis comme directeur de la communication à l’AGROPOLE Agen, nous a fait le plaisir de nous accueillir et de nous présenter les lieux avant de nous expliquer son fonctionnement lors de notre déjeuner hebdomadaire.

By Rotary Club Bordeaux 10 May, 2017
10 mai 2017 - Conférence statutaire d'Alex BENOEHR "Internet et Réseaux Sociaux. Les GAFA : Un Etat des Lieux" : Une présentation des 3 piliers indispensables que sont la puissance de calcul, les revenus publicitaires et la gestion du "big data" pour les acteurs majeurs de l'Internet.
By Rotary Club Bordeaux 04 May, 2017
04 mai 2017 - Présentation de M. Jean-Luc PORTELLI, Directeur du Conservatoire Jacques Thibaud de Bordeaux, introduit par notre ami et mélomane, le Past-Président Guy LACHER, sur le thème « des pratiques artistiques partagées »

Le Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud propose à près de 2000 élèves, des plus jeunes (6/7 ans) aux adultes, une formation en musiques et arts de la scène.
Les cours sont principalement dispensés en dehors du temps scolaire ou dans le cadre d'horaires aménagés (avec l'école élémentaire André Meunier et le collège Aliénor d'Aquitaine), de la préparation du baccalauréat TMD (lycée Camille Julian) et d'aménagement d'horaires avec les lycées Gustave Eiffel et François Mauriac.

Etudier au Conservatoire de Bordeaux, c'est s'engager dans une formation complète et exigeante ; une pratique artistique et culturelle qui demande une grande disponibilité.

Le Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud - Conservatoire à Rayonnement Régional - est un établissement d'enseignement artistique de la ville de Bordeaux, proposant des formations diversifiées, des musiques aux arts de la scène. 
Son projet pédagogique fait une place de choix à l'innovation, la création et la transversalité entre les disciplines. 
Les Scènes Publiques, rassemblant chaque année près de 20 000 spectateurs sont réalisées avec une trentaine de partenaires. Elles sont le reflet d'un projet artistique et pédagogique exigeant, en connexion avec les publics et le territoire. 

By Rotary Club Bordeaux 02 May, 2017
27 avril 2017 - Le Rotary Club de Bordeaux a soutenu cette association (lien) qui partage avec nous son rapport d'activité et ses dernières nouvelles

Actualité du 1er août 2016
By Rotary Club Bordeaux 26 Apr, 2017

Une présentation consacrée au prochain événement MSPLA « Mon Sang Pour Les Autres » qui aura lieu les vendredi 12 et samedi 13 mai 2017 au Palais de la Bourse, dans les locaux de la CCI.

Nos chers Past-Présidents Guy LACHER, Jean-Bernard LABORIE, Alain RIOUFOL et Daniel LABATUT nous ont présenté ce qui est une véritable « entreprise » !

MSPLA est certainement un des points d’orgue des actions humanitaires en local du Rotary, sachant que celui de Bordeaux est toujours l’occasion de réunir la grande famille des clubs Rotary de la région, soit 23 Rotary Clubs, Clubs Rotaract, Rotex ou encore Inner Wheel !

 Cette 17ème édition sera la première qui n’aura pas lieu sous chapiteau, comme l’étaient traditionnellement les précédentes. C’est une décision de l’EFS (Etablissement Français du Sang), sous l’égide duquel ont lieu ces dons de sang, qui a été prise pour des raisons de sécurités, dont nous sommes (malheureusement) tous conscients.

Ce sera en même temps l’occasion d’occuper ces nouveaux lieux avec un nouvel élan et une motivation sans faille qui nous mènera à « recruter » des donneurs dans de nouveaux lieux, en les rabattants par exemple sur le Miroir d’Eau ou la Rue St Rémy.

 

Le programme doit mobiliser 200 bénévoles dans et autour du site.

*à l’intérieur, les bénévoles opèreront de 10h à 19h (par séquences de 2h30 afin d’accueillir et de guider les donneurs de sang le long des différentes étapes : accueil, secrétariat médical, consultations des médecins, prélèvements sanguins, restauration, etc…

*à l’extérieur, cinq commandos tiendront les points stratégiques afin d’orienter le public en direction de la Place de la Bourse (en face du miroir d’eau).

Nous ne faisons pas état de tous ceux et toutes celles qui exécutent un travail essentiel en relation avec les fournisseurs, dans le transport du matériel et des denrées alimentaires.

---

Pour rappel, l’action Mon Sang Pour les Autres a été lancé à Toulouse en 1998.

Avec entre 1 100 et 1 200 poches collectées, notre action est la troisième de France après MSPLA Toulouse et Lyon ! Restons à la hauteur !

1 000 000 de malades sont soignés chaque année grâce aux produits sanguins.

10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour subvenir aux besoins en médicaments dérivés du sang ou en transfusion.

40 000 collectes mobiles ont lieu chaque année.

---

 

Donnez de votre temps !

Donnez du sang !

 

Inscrivez-vous en cliquant ici : INSCRIPTION


Retrouvez la présentation en cliquant ici : PRESENTATION


By Rotary Club Bordeaux 20 Apr, 2017

19 avril 2017 - Un « travelling » d’enfer pour présenter TV7, la plus ancienne des chaînes locales de France, sous la houlette de Thierry GUILLEMOT, son directeur général, présenté par Alain RIBET.

 

Thierry GUIILEMOT nous a retracé rapidement l’historique de cette chaine, née le 7 juin 2001, en soulignant l’audace et le goût du risque qui avaient été nécessaires à Jean-François Lemoine et au groupe Sud-Ouest pour se lancer dans cette aventure télévisuelle.

Il n’a pas caché que les premières années furent à la fois difficiles et coûteuses, tout en soulignant que ces pertes initiales avaient permis d’entamer la transformation de Sud-Ouest en groupe pluri-média.

En effet, vu de 2017, tout le monde s’entend pour constater que la vidéo est un des vecteurs les plus importants de l’internet. De là découle l’importance grandissante de TV7 au sein du groupe de presse, afin d’allier la pertinence du papier au poids de l’image.

Importance par ailleurs soulignée avec le déménagement prochain de la chaîne pour rejoindre le reste du groupe et sa sphère numérique.

S’en suit une réflexion à mener sur le modèle économique des groupes média (sachant que Thierry GUILLEMET souligne la profitabilité de TV7 depuis 5 ans !), les batailles avec les FAI sur le positionnement des chaînes dans leurs grilles et leur numérotation (A quand la position naturelle de la chaîne sur le canal 33 partout ???)

En parlant de chiffres : Il est à noter que le budget annuel de TV7 correspond à celui de 2 heures de Canal Plus... Et qu’il faut comparer ses 18 ETP et dizaine de pigistes aux 20.000 salariés de France 3, bien sûr plus une « chaîne nationale avec décrochage local » qu’une chaîne locale en tant que telle. 

Outre le déménagement à venir, TV7 se penche stratégiquement sur un appel à manifestation d’intérêt de la région Nouvelle-Aquitaine pour réfléchir sur le développement d’un grand média régional avec une couverture de l’ensemble du nouveau territoire.

Ce projet devrait en principe voir le jour début 2018.

« Un excès d’informations est toujours mieux que son déficit » est la vision que Thiery GUILLEMOT a partagée avec nous pour clore la discussion.

Le chamboulement apporté par internet demande une autre logique de la gestion des contenus : une première vitrine via la télévision, une relève de l’information par le papier, puis les plateformes web pour les réactions ?

Une interaction contenu – réseaux sociaux, telle que celle entre « Le Monde » et Snapchat ?

Dans un monde où le « post truth » a pris pied et dans lequel les plateformes telles que Google ou Facebook se retrouvent à contrecœur dans la position de devoir arbitrer sur la véracité des contenus, il est clair qu’il faudra rester vigilant dans la défense de la presse et des missions journalistiques.


Site de TV7

By Rotary Club Bordeaux 15 Apr, 2017

UN INCONNU DANS LE VIRAGE DE L’HISTOIRE

par Michel Bélondrade

Le Bordelais André-Daniel Laffon de Ladebat (1746-1829) a été un financier, homme politique et philanthrope éclairé. Précurseur de l’abolition de l’esclavage, ses idées ont notamment influencé la rédaction de la Déclaration des droits de l’Homme lors de la Révolution.

Lisez en format .pdf l'article écrit par le past-président Michel Belondrade sur l'incroyable voire romanesque vie de ce personnage bordelais de caractère, de conviction et de qualité.

lien

By Rotary Club Bordeaux 12 Apr, 2017
12 avril 2017 - Conférence statutaire de Paul Felten "La transition énergétique en France"

La loi sur la transition énergétique votée en 2015 affiche des objectifs très ambitieux dont toutes les conséquences n’ont pas été analysées dans le détail.

La réduction de la part du nucléaire d’ici 2025 à 50% de la production d’électricité du pays amènera à stériliser des investissements qui étaient extrêmement rentables et pouvaient encore durer de nombreuses années. La perte financière sera considérable. Par ailleurs, la volonté de développer rapidement les énergies renouvelables (surtout éolien et solaire) amène à privilégier des systèmes de d’achat de courant produit par ces sources à prix fixe et quel que soit la demande.
Ceci désorganise le marché de l’électricité jusqu’à amener des prix de gros négatifs. Le surcoût à supporter par EDF pour la promotion de ces énergies devient de plus en plus lourd.

La seule solution raisonnable est de revenir à un fonctionnement normal du marché (offre-demande) et à développer les solutions de stockage de l’électricité pour absorber la production pendant les périodes où le réseau a besoin de moins de courant.

Ces solutions auront un coût et il faut s’attendre à des hausses considérables du prix de l’électricité dans les années et décennies à venir.

La présentation de Paul Felten en format .pdf
By Rotary Club Bordeaux 07 Apr, 2017
06 avril 2017 - Ce fut une soirée mémorable, celle qui nous a permis de souffler les 90 bougies du Rotary Club Bordeaux...

Près de 180 convives furent ainsi reçus au Palais Rohan, l'hôtel de ville de Bordeaux, par Madame Anne BREZILLON, en lieu de Alain Juppé, membre d'honneur du club, retenu à l'étranger, ainsi que les conseillers municipaux et adjoints au maire Anne WALRYCK, Nicolas BRUGERE, Nicolas FLORIAN et Pierre de Gaétan NJIKAM-MOULIOM.

By Rotary Club Bordeaux 07 Apr, 2017

 06 avril 2017 - Allocution au Palais Rohan de Xavier HEYMANS, Président 2016/2017 du Rotary Club Bordeaux pour en célébrer les 90 ans

___


Chère Madame BREZILLON, je voudrais tout d’abord vous remercier pour ces quelques mots chaleureux d’accueil.

Je me dois de vous remercier également d’avoir mis à notre disposition ces salons de l’hôtel de ville et d’avoir pris part avec les services de la mairie à l’organisation de cet évènement.

A travers vous, c’est à l’ensemble de la municipalité que je m’adresse, représentée à vos côtés ici par plusieurs conseillers municipaux et adjoints au maire : Nicolas BRUGERE, Nicolas FLORIAN, Anne WALRYCK et Pierre de Gaétan NJIKAM-MOULIOM dont je salue la présence. 

Le choix de ce lieu n’est pas anodin. Il s’explique par le lien qui unit notre ville avec le Rotary Club de Bordeaux, symbolisé par l’appartenance à notre club des maires successifs de cette cité en qualité de membres d’honneur.Et conformément à cette tradition, Alain JUPPE a accepté d’être membre d’honneur de notre club au début de ce mandat et Hugues MARTIN en est toujours membre.

Ce lien est justifié par les actions d’intérêt général du Rotary, qui va dans le sens de l’intérêt général portée par l’action publique des collectivités territoriales telle que la ville de Bordeaux et la Région Nouvelle Aquitaine, dont le Président est représenté ce soir par Madame Françoise JEANSON, dont je salue également la présence.

 

Je vous parle d’actions, car, OUI le Rotary c’est l’ACTION, le Rotary est ACTIF.

Et NON, un club Rotary n’est pas un club d’inactifs nantis. La preuve vivante devant vous : je ne pense être ni l’un, ni l’autre.

Les Clubs Rotary et le Club de Bordeaux sont composés de femmes et d’hommes, décideurs solidaires qui se réunissent pour échanger des idées, mais surtout pour AGIR, afin d’apporter des solutions et un changement positif et durable dans leur ville et à l’étranger.

C’est le cas bien entendu de notre Club, mais aussi de l’ensemble des Clubs, dont les autres clubs de Bordeaux présents ce soir : le club de Bordeaux Montaigne, représenté par son Président Pierre LATOURNERIE, le club de Bordeaux Ouest, représenté par son Président Loic Guy de CHAMISSO, le Club de Bordeaux Nord, représenté par son Président Emmanuel VENEREAU, le club de Pessac Les Graves, représenté par son Président Emmaunuel BEAUVAY, et le club du Bouscat représenté par son Président Colette MALANI.

L’action au service de l’intérêt général, c’est également la raison d’être du Rotarac qui rassemble des jeunes étudiants et professionnels qui sont envahis par l’ardent désir d’agir. Le Club Rotaract de Bordeaux est représenté par sa Présidente Vanille MANNEVILLE et sa Présidente élue Anne GOURVENNEC.

 

C’est porté par cette volontaire d’agir, qu'au niveau local le Club Rotary de Bordeaux, depuis sa création en 1927, mène des actions humanitaires telles que l’accompagnement des sinistrés de la grande marée noire qui a affectée les côtes bretonnes en 1978, le développement des soins aux paralysés, la lutte contre l’illettrisme, l’organisation de collectes de sang en partenariat avec l’EFS (opération : « Mon sang pour les autres »), la participation à l’approvisionnement de la banque alimentaire, le financement de l’aménagement d’une maison destinée à accueillir des personnes dans le besoin, la participation au financement d’une salle de loisir destinée aux enfants hospitalisés au sein du service d’oncologie pédiatrique du CHU de Bordeaux, dont je parlerai tout à l’heure ….

Ces actions locales sont relayées par les Clubs Inner Wheel et nous avons la chance d’avoir parmi nous ce soir Annie LAULAN Présidente du Club Inner Wheel de  Bordeaux ALIENOR EUROPEA qui représente la Gouverneur inner whell (Anne-Marie Petit Jean).

 

A l’étranger, au niveau mondial, l’action la plus emblématique du Rotary est sans conteste la lutte contre la poliomyélite. Action au terme de laquelle le Rotary a versé plus de 1 milliard de dollars, destinés à la vaccination de plus de deux milliards d’enfants dans 122 pays.

Les actions mondiales peuvent être réalisées avec le District et en partenariat avec les Rotary Clubs étrangers.

Le Rotary, c’est 1,2 millions de rotariens au travers le monde qui sont répartis dans les 35 000 Clubs et qui sont regroupés au sein de 534 Districts. Ces Districts ont à leur tête un Gouverneur.

Je salue la présence du Gouverneur de notre District (le District 1690) : Philippe BAUMON, son Gouverneur élu Jean-Paul NOUHAUD et les anciens gouverneurs, appelés « Past Gouverneurs », Jean CAMBARD, Steph KHALES et Bernard VARACHAUD.

District au sein duquel le Club de Bordeaux est impliqué et entend conforter cette implication dans les années à venir.

Cette implication au sein du District s’exprime notamment par la participation de notre Club aux actions de celui-ci comme le programme de notre Gouverneur « 100 ans pour 100 puits » qui a pour objet la construction d’une centaine de puits au Sénégal afin de permettre l’accès à l’eau potable des populations locales.

 

Cette implication dans l’action internationale s’exprime aussi par la participation active de notre club au programme d’échange de jeunes à travers le monde.

Chaque année des milliers de jeunes parrainés par des Club Rotary partent effectuer un séjour d’un an, accueillis par des familles dont l’un des enfants est également parti à l’étranger.

Ce soir, 7 d’entre eux sont parmi nous. Vous les avez peut-être reconnus à leur blazer de couleur et leurs innombrables pin's et autres souvenirs, accrochés sur eux, glanés au fil de leur séjour. Je les remercie pour leur aide et salue les famille d’accueil de nos deux students présentes ce soir.

Ces jeunes âgés de 15 à 19 ans apprennent une langue étrangère, découvrent une nouvelle culture et deviennent ainsi de véritables citoyens du monde. Ils découvrent ainsi, selon leur devise, que « l’étranger est un ami qu’on ne connait pas encore  ».

Cette action phare du Rotary permet une meilleure connaissance entre les peuples et contribue ainsi à la paix dans le monde.


Ces actions au niveau international peuvent également se réaliser avec nos clubs contacts étrangers.

C’est ainsi qu’aux termes d’un partenariat avec notre Club contact de Fukuoka au Japon, la ville de Bordeaux, le conservatoire de Bordeaux, nous participons à l’accompagnement d’élèves du conservatoire pour une mission à Fukuoka. Cette action fait suite au jumelage entre les Clubs de Bordeaux et Fukuoka en 2013 sous l’impulsion des deux villes qui se sont engagées à opérer des rapprochements entre les associations importantes de leurs cités. Le Rotary Club de Fukuoka est représenté ce soir par Nicolas SUDRE.

Je salue également la présence parmi nous des représentants de nos autres clubs contacts à l’étranger qui nous ont fait l’amitié de venir jusqu’à nous :

-       Leigh Mitchell (RC Bristol / Royaume Uni) – Ville avec laquelle Bordeaux est jumelée

-      Hans Sachs (RC Stockholm / Suède)

Je les invite à me rejoindre sur l’estrade.

Quant à notre Club contact de Bilbao, il est présent par la pensée.


C’est ainsi que le Club de Bordeaux, riche de ses 143 membres actifs qui en font l’un des clubs les plus importants de France, riche de son expérience au terme de ses 90 ans d’existence, riche de ses valeurs, riche de ses partenariats, est résolu à poursuivre son œuvre au service de l’intérêt général au sein de notre cité et à l’étranger.

Et si le Rotary peut poursuivre toutes ces actions, c’est grâce à vous !

C’est pourquoi je vous remercie de votre présence, en nombre, ce soir, et, par là-même, de votre soutien. 

MERCI

  

        Xavier HEYMANS

        Président Rotary Club de Bordeaux

 

By Rotary Club Bordeaux 05 Apr, 2017

Le Rotary Club Bordeaux s'apprête à fêter son 90ème anniversaire lors d’une réception dans les salons de l’Hôtel de Ville de Bordeaux le jeudi 6 avril 2017, sous l’égide de M. Alain Juppé, Maire de Bordeaux et ancien Premier Ministre, par ailleurs membre d’honneur du RC Bordeaux.

 

2ème club français de par sa taille, le Rotary Club de Bordeaux a été fondé en 1927.

Comme nous le rappellent nos archives : "Le 30 mai 1927, une assemblée de 24 membres tient sa première réunion, déclare le Rotary Club Bordeaux constitué et élit le premier bureau."

Le club compte à ce jour plus de 140 membres.

 

Lors de cette soirée, le Rotary Club de Bordeaux, actuellement sous la présidence de Xavier Heymans, remettra un don au service d’oncologie pédiatrique du CHU de Bordeaux afin d’aménager une salle de loisirs destinée aux enfants hospitalisés.

Ce don marquera 90 années d'actions en faveur de la Paix, au bénéfice des Jeunes et de l'Humanité.

By Rotary Club Bordeaux 02 Apr, 2017
Extrait de la page Facebook de nos jeunes amis du Rotaract 1690 - Du 24 au 26 mars se sont tenues les JRJ (Journées Rotariennes de la Jeunesse) 2017 à La Rochelle.
Cet événement a regroupé près de 500 students, d’une trentaine de nationalités différentes, venus des quatre coins de la France.

Le   Rotary International President  John Germ nous a aussi fait l’immense honneur d’être présent tout au long de ce week-end.
Un homme simple et d’une grande gentillesse, très heureux de pouvoir partager ces moments avec les jeunes bénéficiaires des programmes  Rotary International . Le  Rotaract District 1690   a eu la chance de faire partie de cette organisation pour l’encadrement des students lors des visites de  La frégate Hermione Lafayette  et de l' Aquarium La Rochelle  mais aussi lors du défilé des drapeaux.

D’autres Rotaractiens français avaient aussi fait le déplacement :  Rotaract Nantes  ,  Rotaract David d'AngersRotaract Grenoble-DauphinéRotaract Neptune Pornichet  ,  Rotaract Club Paris Champs-ElyséesRotaract club de Poitiers Centre - District 1720   Rotaract Toulouse Terre d'AvenirRotaract Club de Niort   Rotaract Clermont Ferrand  et  Rotaract Cambrésis

Lors de la soirée de Gala du samedi notre Coordinateur National  Rotaract France , Pierre Deyris, Marie Gilbert, Représentante  Rotaract District 1510  et Jean-Marhy Mahoungou Linares, Représentant Rotaract du District 1690 ont présenté  Action Nationale - Rotaract France , qui est la vente
de bracelets au profit de l’action  End Polio Now .
Suite à cette intervention nous avons vendus 400 bracelets, soit un don de 2 000€. 

Toutes nos félicitations à tous les bénévoles mais aussi à toutes les personnes qui ont fait le déplacement !

Page Facebook du Rotaract 1690
By Rotary Club Bordeaux 29 Mar, 2017

29 mars 2017 - Présentation des "Rôles et missions de la Marine Nationale" par le Capitaine de Frégate, Monsieur Eric LEMONNIER, Commandant à l'Unité Marine à Bordeaux.

Pour rappel, la Marine dispose actuellement de près de 40.000 hommes et femmes au service de la nation, auxquels s'ajoutent 4.500 réservistes.

Elle a à sa disposition environ 70 navires de combat et de soutien, dont 10 sous-marins, et  près de 200 aéronefs.

Brest et Toulon sont les centres névralgiques de la Marine française.

Sur la région aquitaine, la Marine gère 6 sémaphores de l’Ile d’Oléron jusqu’à la baie de Socoa, sur les 26 que dénombre la côte atlantique au total.

La mission de la Marine est de faire respecter les intérêts économiques et de sécurité au sein des 11 millions de km2 qui composent la Zone Economique Exclusive (ZEE) de la France, outre ses autres engagements et opérations extérieures.

De manière anecdotique, il est à noter qu’à l’échelle (immense) de la ZEE de la France, contrôler celle-ci avec les moyens à disposition équivaut à surveiller la France métropolitaine avec 2 voitures de police…

L’actualité internationale a récemment fait remonter des questions de chiffrage budgétaire des moyens de défense, de part et d’autre au sein de l’OTAN.

Cette question n’est certainement pas triviale en France : Avec le porte-avion Charles de Gaule à quai pour les mois à venir, un renouvellement important de la flotte de patrouilleurs à prévoir et les forces actuellement déployées sur 5 missions internationales (au lieu des 2 envisagées), nos forces sont fortement sollicitées.

Les défis à relever à l’avenir pour maintenir la Marine et la Défense, qu’ils soient d’ordre opérationnel ou budgétaire, sont nombreux et probablement résumé au mieux par l’audition du Général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, devant la commission de la défense nationale et des forces armées à l’Assemblée Nationale le 8 février 2017 ( lien ).



Vous pouvez télécharger le dossier d'information de la Marine en cliquant ici ou sur l'image.

By Rotary Club Bordeaux 28 Mar, 2017

Sarah, notre boursière de la Fondation Rotary parrainée par le Rotary Club Bordeaux, nous donne de ses nouvelles. Cette jeune étudiante à l’ESSEC Paris avait souhaité compléter ses études avec un Master de Droit International orienté vers la lutte contre les trafics humains.

Ce sujet entrant dans un des domaines d’actions exigées par le Rotary International, la promotion de la Paix et la prévention des Conflits, nous avons pu l'aider à intégrer la Johns Hopkins University School of Advanced International Studies



Bonjour à tous,


Je viens de me rendre compte que cela fait un moment que je n’ai pas donné de nouvelles! 


J’étais à New York en début de semaine pour des réunions à l’ONU avec des anciens de mon école qui y travaillent, c’était fantastique.  Je serai diplômée en mai alors je recherche activement un travail (enfin!). 


Je suis donc partie au Kenya en janvier pour mon projet de recherche (dans le cadre d’un cours sur les Droits de l’Homme) sur les “Droits de l’Homme des défenseurs de l’environnement” ( Environmental Human Rights Defenders en anglais) qui sont souvent persécutés pour leur engagement. 

Nous étions étions donc 3 étudiantes sur le terrain et sommes allées à la rencontre des communautés indigènes vivants dans les forêts, des ONG, mais aussi de plus grandes organisations comme l’ONU ainsi que le Ministère Kenyan de l’environnement (nous étions basées à Nairobi, et sommes également allées dans la région de la forêt Mau ainsi que du Mont Kenya). Nous avons effectué une quinzaine d’entretiens en tout. 

Le Kenya est en effet dans une situation delicate: les forêts du pays (5 grandes forêts en tout, qui entourent les “Chateaux d’eau” du pays, les principales sources d’eau dont depend toute la population) ont souffert de très violentes phases de déforestation (depuis la colonisation Britannique). 

Ainsi, depuis quelques années le gouvernement a établi un plan de “reforestation" qui malheureusement entraine l’éviction des communautés indigènes qui vivent dans les forêts depuis des siècles, et qui, selon le gouvernement et les ONG environnementales, ne sont pas en mesure de protéger les forêts, car ils vivent totalement des ressources forestières (il y a par exemples une communauté qui ne vit que de l’apiculture). Le gouvernement a ainsi proposé aux populations concernées une compensation financière afin de les réinstaller ailleurs. Certaines de ces populations en sont satisfaites tandis que d’autres ont décidé de rester dans les forêts - illégalement donc. 

Nous somme allées parler en particulier à trois de ces communautés - les Ogieks, les Sengwer et les Chuka - qui se battent depuis des décennies afin de faire reconnaitre leurs droits en tant que populations indigènes (qui est un statut particulier dans la constitution Kenyane). 

L’argument des autorités étant que cela fait depuis longtemps que ces communautés ne sont plus “indigènes” au sens littéral du terme dans la mesure où elles vivent de manière "moderne” (téléphones, voitures, internet, tracteurs..) et que leur mode de vie à un effet néfaste sur les forêts. 

Le sujet est très délicat et met face à face Droits de l’Homme et Droits de l’Environnement ainsi que Droit Constitutionnel et la situation est très complexe, puisque il n’y a pas vraiment de “bonne solution”. 

Une autre équipe de 3 étudiants est allée au Sri Lanka et une dernière est allée au Pérou pour étudier la même problématique et nous sommes maintenant en train de rédiger un rapport dont la parution est prévue en mai (voici notre site web:   https://sais-ihrc.wixsite.com/blog/y16-17-kenya-peru-sri-lanka , il y a quelques photos en plus, et un de mes articles devrait y paraitre en mai). 


Je vous ai mis en pièces jointes quelques photos prises à l’ONU hier! 


La présentation est à télécharger ici .

Je vous souhaite à tous une bonne soirée et attends de vos nouvelles. 


Sarah 

By Rotary Club Bordeaux 23 Mar, 2017

22 mars 2017 - Une rencontre avec Lionel Gaudin Villard, chef de l’ orchestre Molto Assaï (lequel nous avait déjà fait l’amitié de nous accompagner en début d’année pour notre concert caritatif ) pour nous présenter l’action « La Fabrique Opéra » qui culminera avec les représentations du célèbre "Carmen" à la patinoire Mériadeck les 10 et 11 juin 2017.

Force est de constater qu’il est nécessaire de faire (re) découvrir l’opéra à un nouveau public :

En effet, seulement 4% des Français vont à l’opéra et ce public se raréfie et ne se renouvelle malheureusement pas (et ce malgré de fortes subventions pour soutenir cette forme d’art).

Il est donc vital d’amener les jeunes à découvrir l’opéra et à le vivre de l’intérieur.

Et quoi de mieux qu’un des deux morceaux-phare à la réputation mondiale de la musique classique : le Boléro de Ravel ou Carmen de Georges Bizet sont ainsi joués tous les quarts d’heure quelque part de par le monde !

By Rotary Club Bordeaux 17 Mar, 2017

17 mars 2017 - (mise à jour) Fort de son crédo de l’année « Le Rotary au Service de l’Humanité » , le Rotary Club Bordeaux a contribué avec l’aide du district 1690 et 10 autres clubs Rotary de par le monde à l’équipement d’une salle d’hôpital en Argentine.

Ce sont $ 500.000 qui ont ainsi été collectés pour installer une demi-douzaine de lits et équipements afférents dans la nouvelle salle de thérapie intensive de l’hôpital de Pirovano, près de Buenos Aires (Argentine). 

Sous l’égide du RC Belgrano et du district 4895 en Argentine, les districts 2202 en Espagne, 1690 en France et 4980 en Uruguay ont épaulé un groupement de 11 Rotary Clubs (8 en Argentine, 2 en Espagne et le Rotary Club Bordeaux) pour mener à bien ce bel exemple de solidarité internationale. 

Cette action a été portée par les past-présidents Thierry PIECHAUD (2015-2016) ainsi que Bertrand LACAMPAGNE , en charge de l’Action Extérieure.

By Rotary Club Bordeaux 15 Mar, 2017

15 mars 2017 – Quelle meilleure occasion que ces premiers jours de beau temps, qui présagent le proche printemps, pour assister à la conférence de M. Guy PETRUS LIGNAC, Président de l’Office de Tourisme de Saint-Emilion, présenté par notre ami Alain RIBET, sur « l’Evolution du Tourisme à Saint-Emilion et autour ».

Nous avons ainsi appris que l’Office de tourisme, créé par les viticulteurs de Saint-Emilion en 1930 (et donc à peine plus jeune que le RC Bordeaux de 1927), reste à ce jour une association de loi 1901, malgré son activité et chiffre d’affaires hors du commun.

 

Premier vignoble à être classé par l’UNESCO en 1999, Saint-Emilion reçoit environ 1 million de visiteurs par an, dont 250 000 sont reçus par l’Office de Tourisme. Il va sans dire qu’une telle activité demande un suivi et une rigueur sans faille des 20 collaborateurs, et de la quinzaine de saisonniers ainsi que des 30 stagiaires en saison.

C’est ainsi que Saint-Emilion s’est classé en tête de liste d’un concours et a ainsi été nommé 1er office de tourisme de France.
By Rotary Club Bordeaux 08 Mar, 2017

08 mars 2017 -Telle était la question à laquelle notre ami rotarien Benoît PREVOT-LEYGONIE a voulu répondre lors de sa conférence statutaire sur son domaine d’expertise.

L’assurance-vie reste-elle le placement préféré des Français ?

Connue de tous, en tous cas dans ces grandes lignes, comme l’un, voire plutôt, LE placement préféré des épargnants français, l’assurance-vie a été un peu chahutée aux cours des derniers mois.

By Rotary Club Bordeaux 07 Mar, 2017

Rappel : La dictée nationale du Rotary se déroulera le samedi 11 mars à 15h à la  Caserne Nansouty, située 223 Rue de Bègles 33800 Bordeaux  ( carte ),  sous le parrainage de Christian JEAN DIT CAZAUX , au profit de l’association Coup de Pouce Clé (clubs de lecture et d’écriture partenaires de l’école) pour lutter contre l’illettrisme et l’échec scolaire.

Inscriptions avant le 08/03/2017 via l'adresse mail  dicteerotarybordeaux2017@gmail.com

Dictée anonyme, participation gratuite, dons bienvenus (pour l’achat de livres et d’équipements)... 

Venez partager un moment ludique et convivial; familles, voisins, collègues, ami(e)s sont bienvenus…


Site national  de la dictée

By Rotary Club Bordeaux 02 Mar, 2017